Rudolf Steiner : Le père de L’Anthroposophie

Rudolf Steiner

 

Né le 27 Février 1861 à Donji Kraljevec, un petit village situé entre la Croatie et l’empire Austro-Hongrois, Rudolf Steiner est un philosophe scientifique occultiste prolifique surtout connu pour sa théorie sur l’anthroposophie qui à pour but selon lui de « restaurer le lien entre l’homme et les mondes spirituels.

Véritable touche à tout autodidacte, Mr Steiner a fait des études de philosophie et a aiguisé ses premières armes sur les œuvres colossales de Fichte et de Goethe avec l’aide de son professeur de littérature K.J. Schröer.

C’est à l’âge de 19 ans, qu’il se fait initié à l’occultisme traditionnel au travers de sa rencontre avec F. Kogutzki qui lui aurait possiblement présenté un grand maître spirituel.

C’est à partir de là, que R. Steiner commence à fréquenter les théosophes et leurs salons, et c’est aux alentours de 1888 qu’il donne une conférence sur le thème de Goethe.

Suit une période d’activité intense où il devient tour à tour précepteur, conférencier et professeur d’histoire, de sciences et de techniques pour expression orale.

Le tournant de sa vie s’est enclenché en 1900, où ses conférences sur les thèmes spirituels se sont multipliés et il devient pour la première fois membre de la société théosophique en 1902, dont il fondera la Section Allemande quelques années plus tard.

Son activité occulte s’intensifie dès lors, et il participe à de nombreuses revues, donne de multiple conférence et par la suite est sollicité par l’Obédience Maçonnique de l’Ordre Memphis-Misraïm de par ses démarches pour se rattacher aux traditions existantes.

Mais Steiner, ambitieux entra assez vite en conflit avec les membres de cet ordre et reprit son indépendance pour fonder son propre ordre dont le principe des pratiques était basé sur le livre d’Eliphas Levi : « Dogme et Rituel de Haute Magie ».

Son activité ésotérique se développa par la suite jusqu’à lancer entre le 2 et le 3 Février 1913 la première assemblée générale anthroposophique dans laquelle son rôle se résumait à celui de professeur. La séparation entre la Société Théosophique et Anthroposophique aura lieu en Mars 1913.

Il vouera le reste de sa vie à l’étude et le développement de ses théories enchaînant conférences sur livres et livres sur débat jusqu’à sa mort le 30 Mars 1925 à l’âge de 64ans.

Dans son imposante bibliographie, Rudolf Steiner attachait de son vivant une importance toute particulière a sa « Philosophie de la Liberté », œuvre dont il disait qu’il s’agirait du dernier vestige de ses écrits qui permettrait de retrouver tous les autres.

 

Avis Ars Magicka sur l’œuvre de Rudolf Steiner

J’ai découvert R. Steiner un peu par hasard, après des recherches sur des livres de philosophie occulte sur mon bien aimé Amazon et je suis tombé sur « Sciences Occultes » au format Kindle : rapport qualité prix imbattable. J’ai dévoré le livre, non pas que les théories énoncées soient indiscutables mais la démarche purement scientifique et la relative originalité du contenu ont suffi à me donner envie d’en savoir plus sur l’auteur et de lire plus de ses ouvrages.

Certes pour l’instant je suis loin de connaître Mr Steiner parfaitement, mais j’avance doucement et l’Anthroposophie est une conception intéressante et soutenue par une autre thèse que l’on pourrait appeler « cosmosophie », qui est une amélioration notable des conceptions populaires à son époque et de plus elle est en lien avec les théories Chrétiennes ce qui lui donne une assise plus stable.

Ce qui est frappant chez cet auteur est sa pédagogie et son attitude « libérale », on ne (re)sent à aucun moment l’expression d’un esprit dogmatique et R. Steiner nous invite très souvent à essayer de vibrer et vivre ses expériences dans le but de mieux le comprendre : une attitude louable dans un monde où seule l’intronisation est prodiguée.

La « Philosophie de la Liberté » est un livre purement philosophique, complexe et alambiquée mais qui défend des positions intéressantes. Vous dire que le petit lecteur que je suis à tout compris serait mentir, mais la taille réduite du texte ainsi que le style particulier de R. Steiner font de ce livre un marronnier à consulter régulièrement pour mieux saisir les nuances et la subtilité de la pensée de l’auteur.

En résumé, Rudolf Steiner est un auteur de philosophie et de sciences occultes éclairé (bien loin des théories New Age, mais bon, dans un esprit historique et érudit ses textes valent vraiment le détour) qui saura ravir les lecteurs aguerris et exigeants à la recherche d’une nouvelle façon de concevoir l’Homme, la Terre et l’Univers, dans un contexte où les sciences n’étaient pas ce qu’elles sont aujourd’hui et cependant sans sentiment d’obsolescence.

Je ne saurai trop vous conseiller de découvrir cet auteur si vous ne le connaissez pas, commencez si aucun titre ne vous attire plus que l’autre par « Sciences Occultes » et voyez si oui ou non vous êtes en raisonnance avec les propos intelligent de Mr Steiner Rudolf.

Notez que volontairement je ne vous brosse les grandes lignes des Théories de Rudolf Steiner, c’est à vous de les découvrir et d’apprendre à les comprendre.

 

Bibilographie de Rudolf Steiner

 

  • GA 001 : Introduction aux œuvres scientifiques de Goethe. (1884-1887)
    • in Le Traité des Couleurs de Goethe, ET
    • in La métamorphose des plantes, Goethe, ET
    • in Goethe, le Galilée de la science du vivant, EN
  • GA 002 : Une théorie de la connaissance chez Goethe. (1886), EAR
  • GA 003 : Science et Vérité(1892), EAR
  • GA 004 : La Pilosophie de La Liberté (1894), EAR, EN, édition Paul de Tarse (1986), PUF (1923). Trad. Germaine Claretie, édi. Alice Sauerwein Lire en ligne sur le site Gallica[archive]
    • Première édition originale 1894 (Berlin, Verlag von Emil Felber), réédité en 2009 en facsimilé, éd. Kessinger Puc Co
    • Deuxième édition 1918 : modifications et appendices.(Le 1erchapitre Les objectifs de tout savoir est supprimé)
    • Troisième et dernière édition (1921) publié du vivant de Rudolf Steiner, identique à celle de 1918
      • Réédition de la version 1918 mais avec les variantes de l’édition original (1894) Philosophisch-Anthroposophisher Verlag am Goetheanum(1983), Édition, Paul de Tarse (1986) pour la France. Par contre, le chapitre Les objectifs de tout savoir n’est pas réintégré.
    • GA 005 : Friedrich Nietzsche, un homme en lutte contre son temps(1895), EAR
    • GA 006 : Goethe et sa conception du monde(1897), EAR
    • GA 007 : Mystique et Esprit moderne(1901), EAR
    • GA 008 : Le Christianisme et les Mystères antiques(1902), EAR (Das Christenthum als mystische Thatsache ; trad. d’Edouard Schuré : Le Mystère chrétien et les mystères antiques, Perrin, 1908).
    • GA 009 : Théosophie. Étude sur la connaissance suprasensible et la destinée humaine(1904), ET, EAR. Trad. Elsa Prozor, éd. Alice Sauerwein
    • GA 010 : L’Initiation, Comment acquérir des connaissances sur les mondes supérieurs(1904/05), ET
    • GA 011 : La Chronique de l’Akasha(1904-1908), EAR
    • GA 012 : Les degrés de la connaissance supérieure(1905-1908), EAR
    • GA 013 : La science de l’Occulte [en esquisse](1910), EAR, ET
    • GA 014 : Quatre Drames-Mystères(1910-1913), ET
    • GA 015 : Les Guides spirituels de l’homme et de l’humanité(1911)
    • GA 016 : Un chemin vers la connaissance de soi. Huit méditations(1912), EAR
    • GA 017 : Le seuil du monde spirituel(1913), EAR
    • GA 018 : Les Énigmes de la philosophie(1914), EAR
    • GA 019 : Pensées durant le temps de Guerre(1915) – publication privée.
    • GA 020 : Les Énigmes de l’homme(1916), EAR (Aux sources de la pensée imaginative)
    • GA 021 : Des Énigmes de l’âme(1917), EAR
    • GA 022 : L’Esprit de Goethe, sa manifestation dans Faust et dans le Conte du Serpent Vert(1918), EAR
    • GA 023 et 024 : Fondements de l’organisme social(1919 et 1915-1921), EAR
    • GA 025 : idem GA 215, Philosophie, Cosmologie et Religion(1922)
    • GA 026 : Les lignes directrices de l’anthroposophie(1924-1925), EN
    • GA 027 : Données de base pour un élargissement de l’art de guérir, en collaboration avec Ita Wegman (1925), ET
    • GA 028 : Autobiographie(1923-1925), EAR
    • GA 029 à GA 036 : recueils d’articles publiés dans des revues et journaux.
    • GA 038 et 039 : recueils de lettres
    • GA 040 : recueil d’aphorismes Paroles de Vérité(traduit partiellement)
    • GA 051 à GA 354 : conférences publiques, privées et cours qui représentent la majorité des ouvrages de Steiner. Les conférences sont des retranscriptions de sténogrammes non revus par l’auteur.

Parmi la trentaine de livres et plus de 6 000 conférences publiées, ses œuvres-clés sont :

  • La Philosophie de la Liberté(1894), un nouveau chemin de la connaissance de soi par la pensée, seuil du monde spirituel.
  • Théosophie(1904), une « géographie » des mondes supérieurs.
  • L’Initiation(1904/05), un chemin de développement spirituel.
  • La Science de l’Occulte(1913), une histoire spirituelle de la Terre et de l’humanité. Le titre original est en fait « la science de l’occulte dans ses grandes lignes » car il synthétise l’ouvrage « La Chronique de l’Akasha » qui va plus en détail dans l’histoire spirituelle.
  • Lucifer et Arihman, 1919, 1921 et 1922, sur la démonologie.

Peace, Love ans Think

La Wicca : Une relation avec la Nature

 

Les deux grands principes de la Wicca

Définition de la Wicca :

La Wicca est une religion Païenne dualiste (attention pas d’opposition mais de complémentarité) qui a pour croyance principale le culte d’un Dieu et d’une Déesse absolus, sources de toute la création.

Ne cherchez pas dans la Wicca une définition manichéenne de l’existence, à la manière du Tao, cette philosophie de vie accepte l’ombre dans la lumière et la lumière dans l’ombre ainsi les diverses expériences et manifestations de la Nature ne sont pas stigmatisées ou diabolisées.

 

Origine de la Wicca :

Tout comme les courants de pensées populaires, les origines de la Wicca sont controversés : les adeptes soumettent l’idée que la Wicca remonte aux origines des religions et qu’elle a toujours été pratiquée, dans le secret le plus souvent, les détracteurs et incrédules affirment que la Wicca est une création d’un de ses partisans le plus connu, j’ai nommé Gardner Gerald.

Dans tous les cas, ce dernier a participé à la (re)naissance et à la popularité du mouvement et son influence dans le milieu ésotérique du milieu du XXe siècle a été grande.

Principes de la Wicca :

La Wicca est un mélange harmonieux de pratiques populaires tel que le druidisme, le « chamanisme » (ce terme est à redéfinir car dans son appellation la plus stricte il ne désigne que la pratique des shamans Tongouses) et on peut y trouver une raisonnance avec diverses mythologies Européennes avec lesquelles elle aurait été contemporaine.

Un(e) Wiccain(e) est par définition une personne connectée à la Nature, la plupart de ses pratiques spirituelles et/ou magiques est synchronisé avec le cycle de cette dernière. La Lune, Les saisons tiennent un rôle important dans la vie des Wiccains.

De plus, leur nature est pacifiste car elle est édictée par le principe : « Fais ce que tu veux tant que tu ne fais de mal à personne » et la règle du triple retour : « Le bien ou le mal que tu fais te seront rendus trois fois ».

Admettons ici en aparté militant que cela vaut mieux que la loi du Talion et son « œil pour œil, dent pour dent » > :)>

 

Comment deviens t’on Wiccain ?

Tout comme de nombreux courants ésotériques et religieux, il suffit de le vouloir (même si des rites d’initiation sont pratiqués par certains mouvements), et en fonction de sa nature soit créer ou rejoindre un groupe que l’on appelle « coven », hiérarchisé et possédant une approche culturelle commune, soit comme peut aussi nous inviter la lecture d’auteur comme S. Cunningham devenir un praticien solitaire pour une durée indéterminée.

 

La vie d’un Wiccain :

Sans rentrer dans l’excès de bienfaisance, les journées d’un adepte de la Wicca sont faites par une observation consciente de son quotidien, car en toute chose il « voit » l’expression de la grandeur du Dieu Cornu ou de la Déesse Sombre (deux sobriquets que l’on peut leur donner, à l’heure d’aujourd’hui moi je les appelle Enkil et Akasha), et l’entretien d’un lien ou d’un pont de communication avec chaque chose.

A des phases lunaires spécifiques (nouvelle lune, premier quartier, pleine lune, dernier quartier), le Wiccain peut pratiquer ses rituels magiques si tel est sa compétence, ou honorer simplement ses divinités en leur faisant des offrandes (un poème sincère écrit en 5mn peut suffire).

Avant tout il faut noter qu’être Wiccain est plus question d’hygiène de vie que de techniques et connaissances ésotériques : certes il est possible d’aller très loin dans ces dernières, mais pas tout le monde ne joue aux sœurs Halliwell (excusez la référence mais c’est souvent un argument utilisé contre la Wicca)

De plus, un Wiccain (tout comme les adeptes d’autres courants ésotériques notamment les adhérents du druidisme) respecte 8 dates dans l’année : Yule (solstice d’hiver), Imbolc (1ier Février), Ostara (équinoxe de Printemps), Beltaine (dans la nuit du 30 Avril au 1ier Mai), Litha (solstice d’été), Lammas (1ier Août), Mabon (equinoxe d’automne) et Samhain (dans la nuit du 31 Octobre au 1ier Novembre)

 

Pour résumer la Philosophie de la Wicca :

 

Associée au courant New Age, la Wicca fait partie de ses religions « naturelles » (comme le druidisme d’aujourd’hui) qui orientent son questionnement sur une harmonie entre les éléments : corps et esprit, intérieur et extérieur, etc….

Devenir Wiccain n’est pas une remise en question des grandes notions véhiculées par des religions plus traditionnelles, il s’agit simplement d’une ouverture sur des pistes de questionnements intérieurs qui s’appuient sur la coexistence de deux principe fondateur mâle et femelle, lumière et ombre et qui les unit par des principes de complémentarité et de dépendance, loin des religions phalliques ou matriarcales qui ne privilégient qu’un aspect de la complexité de la réalité.

Bien qu’ancrée profondément à la Terre, une ouverture cosmique est possible et le champ de vision d’un(e) Wiccain(e) motivé balaye un spectre très large.

De plus la possibilité de réhabiliter des divinités archaïques et abandonnées telle que les divinité Mésopotamiennes, Egyptiennes, Grecques, Celtes, Indiennes, Amérindiennes, etc…  fait remonter à la surface de la conscience collective des valeurs fondamentales bien trop souvent négligées.

Je vous invite à aller voir le site de Salvaquaria pour avoir une autre définition du même terme.

Et bien sur l’éternel Wikipedia sur la définition de la Wicca ici.

Pour finir je vous mets un p’tit lien Youtube qui fait du bien aux oreilles : We All Come From The Goddess

Enjoy > :)>

Peace, Love and Fu*k