Rudolf Steiner : Le père de L’Anthroposophie

Rudolf Steiner

 

Né le 27 Février 1861 à Donji Kraljevec, un petit village situé entre la Croatie et l’empire Austro-Hongrois, Rudolf Steiner est un philosophe scientifique occultiste prolifique surtout connu pour sa théorie sur l’anthroposophie qui à pour but selon lui de « restaurer le lien entre l’homme et les mondes spirituels.

Véritable touche à tout autodidacte, Mr Steiner a fait des études de philosophie et a aiguisé ses premières armes sur les œuvres colossales de Fichte et de Goethe avec l’aide de son professeur de littérature K.J. Schröer.

C’est à l’âge de 19 ans, qu’il se fait initié à l’occultisme traditionnel au travers de sa rencontre avec F. Kogutzki qui lui aurait possiblement présenté un grand maître spirituel.

C’est à partir de là, que R. Steiner commence à fréquenter les théosophes et leurs salons, et c’est aux alentours de 1888 qu’il donne une conférence sur le thème de Goethe.

Suit une période d’activité intense où il devient tour à tour précepteur, conférencier et professeur d’histoire, de sciences et de techniques pour expression orale.

Le tournant de sa vie s’est enclenché en 1900, où ses conférences sur les thèmes spirituels se sont multipliés et il devient pour la première fois membre de la société théosophique en 1902, dont il fondera la Section Allemande quelques années plus tard.

Son activité occulte s’intensifie dès lors, et il participe à de nombreuses revues, donne de multiple conférence et par la suite est sollicité par l’Obédience Maçonnique de l’Ordre Memphis-Misraïm de par ses démarches pour se rattacher aux traditions existantes.

Mais Steiner, ambitieux entra assez vite en conflit avec les membres de cet ordre et reprit son indépendance pour fonder son propre ordre dont le principe des pratiques était basé sur le livre d’Eliphas Levi : « Dogme et Rituel de Haute Magie ».

Son activité ésotérique se développa par la suite jusqu’à lancer entre le 2 et le 3 Février 1913 la première assemblée générale anthroposophique dans laquelle son rôle se résumait à celui de professeur. La séparation entre la Société Théosophique et Anthroposophique aura lieu en Mars 1913.

Il vouera le reste de sa vie à l’étude et le développement de ses théories enchaînant conférences sur livres et livres sur débat jusqu’à sa mort le 30 Mars 1925 à l’âge de 64ans.

Dans son imposante bibliographie, Rudolf Steiner attachait de son vivant une importance toute particulière a sa « Philosophie de la Liberté », œuvre dont il disait qu’il s’agirait du dernier vestige de ses écrits qui permettrait de retrouver tous les autres.

 

Avis Ars Magicka sur l’œuvre de Rudolf Steiner

J’ai découvert R. Steiner un peu par hasard, après des recherches sur des livres de philosophie occulte sur mon bien aimé Amazon et je suis tombé sur « Sciences Occultes » au format Kindle : rapport qualité prix imbattable. J’ai dévoré le livre, non pas que les théories énoncées soient indiscutables mais la démarche purement scientifique et la relative originalité du contenu ont suffi à me donner envie d’en savoir plus sur l’auteur et de lire plus de ses ouvrages.

Certes pour l’instant je suis loin de connaître Mr Steiner parfaitement, mais j’avance doucement et l’Anthroposophie est une conception intéressante et soutenue par une autre thèse que l’on pourrait appeler « cosmosophie », qui est une amélioration notable des conceptions populaires à son époque et de plus elle est en lien avec les théories Chrétiennes ce qui lui donne une assise plus stable.

Ce qui est frappant chez cet auteur est sa pédagogie et son attitude « libérale », on ne (re)sent à aucun moment l’expression d’un esprit dogmatique et R. Steiner nous invite très souvent à essayer de vibrer et vivre ses expériences dans le but de mieux le comprendre : une attitude louable dans un monde où seule l’intronisation est prodiguée.

La « Philosophie de la Liberté » est un livre purement philosophique, complexe et alambiquée mais qui défend des positions intéressantes. Vous dire que le petit lecteur que je suis à tout compris serait mentir, mais la taille réduite du texte ainsi que le style particulier de R. Steiner font de ce livre un marronnier à consulter régulièrement pour mieux saisir les nuances et la subtilité de la pensée de l’auteur.

En résumé, Rudolf Steiner est un auteur de philosophie et de sciences occultes éclairé (bien loin des théories New Age, mais bon, dans un esprit historique et érudit ses textes valent vraiment le détour) qui saura ravir les lecteurs aguerris et exigeants à la recherche d’une nouvelle façon de concevoir l’Homme, la Terre et l’Univers, dans un contexte où les sciences n’étaient pas ce qu’elles sont aujourd’hui et cependant sans sentiment d’obsolescence.

Je ne saurai trop vous conseiller de découvrir cet auteur si vous ne le connaissez pas, commencez si aucun titre ne vous attire plus que l’autre par « Sciences Occultes » et voyez si oui ou non vous êtes en raisonnance avec les propos intelligent de Mr Steiner Rudolf.

Notez que volontairement je ne vous brosse les grandes lignes des Théories de Rudolf Steiner, c’est à vous de les découvrir et d’apprendre à les comprendre.

 

Bibilographie de Rudolf Steiner

 

  • GA 001 : Introduction aux œuvres scientifiques de Goethe. (1884-1887)
    • in Le Traité des Couleurs de Goethe, ET
    • in La métamorphose des plantes, Goethe, ET
    • in Goethe, le Galilée de la science du vivant, EN
  • GA 002 : Une théorie de la connaissance chez Goethe. (1886), EAR
  • GA 003 : Science et Vérité(1892), EAR
  • GA 004 : La Pilosophie de La Liberté (1894), EAR, EN, édition Paul de Tarse (1986), PUF (1923). Trad. Germaine Claretie, édi. Alice Sauerwein Lire en ligne sur le site Gallica[archive]
    • Première édition originale 1894 (Berlin, Verlag von Emil Felber), réédité en 2009 en facsimilé, éd. Kessinger Puc Co
    • Deuxième édition 1918 : modifications et appendices.(Le 1erchapitre Les objectifs de tout savoir est supprimé)
    • Troisième et dernière édition (1921) publié du vivant de Rudolf Steiner, identique à celle de 1918
      • Réédition de la version 1918 mais avec les variantes de l’édition original (1894) Philosophisch-Anthroposophisher Verlag am Goetheanum(1983), Édition, Paul de Tarse (1986) pour la France. Par contre, le chapitre Les objectifs de tout savoir n’est pas réintégré.
    • GA 005 : Friedrich Nietzsche, un homme en lutte contre son temps(1895), EAR
    • GA 006 : Goethe et sa conception du monde(1897), EAR
    • GA 007 : Mystique et Esprit moderne(1901), EAR
    • GA 008 : Le Christianisme et les Mystères antiques(1902), EAR (Das Christenthum als mystische Thatsache ; trad. d’Edouard Schuré : Le Mystère chrétien et les mystères antiques, Perrin, 1908).
    • GA 009 : Théosophie. Étude sur la connaissance suprasensible et la destinée humaine(1904), ET, EAR. Trad. Elsa Prozor, éd. Alice Sauerwein
    • GA 010 : L’Initiation, Comment acquérir des connaissances sur les mondes supérieurs(1904/05), ET
    • GA 011 : La Chronique de l’Akasha(1904-1908), EAR
    • GA 012 : Les degrés de la connaissance supérieure(1905-1908), EAR
    • GA 013 : La science de l’Occulte [en esquisse](1910), EAR, ET
    • GA 014 : Quatre Drames-Mystères(1910-1913), ET
    • GA 015 : Les Guides spirituels de l’homme et de l’humanité(1911)
    • GA 016 : Un chemin vers la connaissance de soi. Huit méditations(1912), EAR
    • GA 017 : Le seuil du monde spirituel(1913), EAR
    • GA 018 : Les Énigmes de la philosophie(1914), EAR
    • GA 019 : Pensées durant le temps de Guerre(1915) – publication privée.
    • GA 020 : Les Énigmes de l’homme(1916), EAR (Aux sources de la pensée imaginative)
    • GA 021 : Des Énigmes de l’âme(1917), EAR
    • GA 022 : L’Esprit de Goethe, sa manifestation dans Faust et dans le Conte du Serpent Vert(1918), EAR
    • GA 023 et 024 : Fondements de l’organisme social(1919 et 1915-1921), EAR
    • GA 025 : idem GA 215, Philosophie, Cosmologie et Religion(1922)
    • GA 026 : Les lignes directrices de l’anthroposophie(1924-1925), EN
    • GA 027 : Données de base pour un élargissement de l’art de guérir, en collaboration avec Ita Wegman (1925), ET
    • GA 028 : Autobiographie(1923-1925), EAR
    • GA 029 à GA 036 : recueils d’articles publiés dans des revues et journaux.
    • GA 038 et 039 : recueils de lettres
    • GA 040 : recueil d’aphorismes Paroles de Vérité(traduit partiellement)
    • GA 051 à GA 354 : conférences publiques, privées et cours qui représentent la majorité des ouvrages de Steiner. Les conférences sont des retranscriptions de sténogrammes non revus par l’auteur.

Parmi la trentaine de livres et plus de 6 000 conférences publiées, ses œuvres-clés sont :

  • La Philosophie de la Liberté(1894), un nouveau chemin de la connaissance de soi par la pensée, seuil du monde spirituel.
  • Théosophie(1904), une “géographie” des mondes supérieurs.
  • L’Initiation(1904/05), un chemin de développement spirituel.
  • La Science de l’Occulte(1913), une histoire spirituelle de la Terre et de l’humanité. Le titre original est en fait “la science de l’occulte dans ses grandes lignes” car il synthétise l’ouvrage “La Chronique de l’Akasha” qui va plus en détail dans l’histoire spirituelle.
  • Lucifer et Arihman, 1919, 1921 et 1922, sur la démonologie.

Peace, Love ans Think

La Magie : en voilà un gros Mot !

Le ssymbole universel de la Magie

 

Lorsque je parle de La Magie avec une personne quelconque, elle me demande de surveiller mon langage. Et pourtant tout comme Dieu, la Magie est un de ces mots dans lequel on dépose beaucoup de notion : les arts divinatoires, certaines médecines, la goétie,la Kabbale, la magie des pierres, la magie des plantes, la magie des animaux et j’en passe et dans le meilleur des cas lorsque l’on aborde avec sérieux ces « croyances »  on passe pour un enfant et dans le pire on passe pour un fou à lier.

L’ignorance et les superstitions ont obscurci ce mot magnifique source de bien-être et de rêveries infinies dans lesquelles j’aime bien me perdre et laisser mon esprit vagabonder en compagnie de mes précieux allié(e)s.

A mon sens, pratiquer La Magie (enfin la forme qui nous correspond le plus et qui n’est qu’une partie de La Grande Magie dans son ensemble) est un art de vivre, une manière de percevoir, concevoir et interagir avec son environnement par la force de son esprit pour commencer (d’où la nécessité de développer deux compétence, le calme de la patience et la force de la volonté) puis par la suite lorsque nous arrivons à une certaine forme de clairvoyance (niveau que je n’ai pas encore à l’heure actuelle) par l’effet de nos actes réels et leur conséquence sur la matière.

Dans les écoles et philosophies que j’ai suivies, les premières étapes cruciales nous invitent à une visualisation puis une matérialisation au travers de rituel, autant dire que les pouvoirs de l’esprit et de l’imagination sont mis à rude épreuve, mais si vous ne croyez pas à la Magie cela s’apparente à de l’autohypnose médicinale suivi d’une bonne séance d’Art Thérapie (Magiciens et sorcières de tous bord ne vous offusquez pas s’il vous plait > :)>).

Les techniques de visualisation sont multiples, soit libres, soit assistées, dans un sens pragmatique ou totalement débarrassé du tissu de nos quotidiens qui peut être morose : ceci explique que les cartésiens voient dans la foi en la Magie une sorte de fuite déraisonnable de la réalité, alors qu’il s’agit d’une méthode pour se (re)connecter à une autre forme de réalité aux possibilités plus vastes car infinies.

Ces pratiques sont utiles pour développer nos corps subtils et mieux ressentir les énergies qui nous entourent et ainsi « commercer » (ouh le vilain mot) avec elles.

Cet échange aux bénéfices mutuels peut avoir des résultats multiples selon la « couleur » de la magie que l’on pratique : noire le but est uniquement tourné vers le Magiste par tous les moyens possibles, rouge elle favorise la sphère sentimentale, blanche elle agit dans le domaine de la guérison et des bénédiction, violette elle est en rapport avec les sphères oniriques, verte elle est associée à la Terre et toutes les couleurs possibles et inimaginables car les praticiens solitaires le savent : il peut n’exister aucune ressemblance entre la Magie que l’on pratique, et la Magie qui est « connue »

La transaction avec ces énergies peut se faire anonymement (air, eau, feu, terre, esprit, métal, bois, etc….) mais le plus souvent nous établissons des contacts avec des entités de grades différents en fonction des travaux que l’on exécute.

Selon moi là est toute la raison du rituel : lorsque nous invitons des ami(e)s à venir manger chez nous, on range, on nettoie, on décore, on cuisine, en gros on fait en sorte que l’accueil soit agréable, pour les entités cela est pareil.

Certes, d’après ce que j’en ressens évidemment, les Dieux et Déesses, les Anges, Les Dragons, les Sylphes et les Héros sont heureux de partager une expérience mystique dès qu’on les convie mais un bel autel, des cérémonies d’ouverture et de fermeture sérieuses et un rituel sincère sont le minimum pour s’assurer que cette relation positive ne se retourne pas contre nous (en écrivant ces mots je réalise des erreurs que j’ai commises et qui m’ont conduit où vous savez sinon voir mon article Un p’tit cachet …..)

Pour éviter aux débutants de mauvaises expériences, j’ai fait sans science un rituel de guerre, il agit encore dans mon quotidien de façon problématique, bon la situation n’est pas désespéré mais je suis fatigué de faire la guerre, c’est trop simple à gagner > :)>, ce soir c’est la Lune noire et au travers de ces articles que j’écris je réalise un rituel de bannissement de la négativité, demandez moi en commentaire si cela a marché et vous réaliserez que le rituel se définit plus par une intention que par trois bougies et deux cailloux posés sur une nappe blanche, mais bon faire un bel autel, communier avec le Cosmos, et s’épanouir même si ce n’est pas indispensable pour être efficace, c’est quand même des souvenirs de très belles expériences.

Une autre forme de Magie, celle que je vise en réalité, c’est la Magie du Quotidien ou l’art de pratiquer 24h/24 8j/7 en donnant du sens à chaque instant, mais c’est une démarche ardue et il me reste encore énormément de chemin à parcourir, mais bon je ne suis pas pressé d’y arriver la route est magnifique, motivante, épanouissante et parsemée d’embûches > :)>

Vous voyez, la Magie n’est pas seulement question de théorie, mais c’est aussi question de pratique, le seul hic : comment faire en sorte d’être un(e) grand(e) sorcière sans se cacher de ses contemporains qui jalousent notre état d’esprit si particulier ?

Il faut je pense réhabiliter la poésie incomprise de la tradition qui est à chérir et respecter, ainsi les symboles, les outils et accessoires bien que fondamentalement inutiles à mon avis, sont de très bon compagnons et assurent un style à nos maisons d’enfer > :)>

Enfer le mot est lâché, le problème fondamental n’est pas l’incongruité de l’apparence de nos vies mais plutôt les idées que se font des gens mal informés noyés dans une religion malsaine de pardon, de péchés, d’enfers éternels et de paradis inaccessibles. Ce n’est pas ce que nous faisons en tant que praticien des sciences ésotériques le nœud gordien, c’est ce que les gens « normaux » imaginent dans leur tête mal faite qui a besoin d’un petit coup de balai pictural et rhétorique.

Le soucis se posera aussi pour vous à votre niveau et votre façon si vous persistez dans l’ « hérésie » > :)> de vouer un peu de votre temps à l’occulte et selon vous deviendrez peut être tout comme moi un militant qui se bat pour la liberté de culte et de penser, car je vous le dit avec tout le sérieux que je peux avoir : rien dans ce monde n’est certain, même 1+1 n’égale pas forcément 2, donc vu qu’on ne peut rien prouver de manière définitive, on ne peut non plus rien récuser de manière totalitaire, que la Magie soit effective ou non n’est pas le propos, moi c’est une activité qui m’épanouit, certains s’épanouissent en allant tuer des enfants en Syrie, qui est fou ?

Pour finir une p’tite chanson de Megadeath : Five Magics

Enjoy

Peace, Love, and Fu*k

 

 

 

 

 

La Wicca : Une relation avec la Nature

 

Les deux grands principes de la Wicca

Définition de la Wicca :

La Wicca est une religion Païenne dualiste (attention pas d’opposition mais de complémentarité) qui a pour croyance principale le culte d’un Dieu et d’une Déesse absolus, sources de toute la création.

Ne cherchez pas dans la Wicca une définition manichéenne de l’existence, à la manière du Tao, cette philosophie de vie accepte l’ombre dans la lumière et la lumière dans l’ombre ainsi les diverses expériences et manifestations de la Nature ne sont pas stigmatisées ou diabolisées.

 

Origine de la Wicca :

Tout comme les courants de pensées populaires, les origines de la Wicca sont controversés : les adeptes soumettent l’idée que la Wicca remonte aux origines des religions et qu’elle a toujours été pratiquée, dans le secret le plus souvent, les détracteurs et incrédules affirment que la Wicca est une création d’un de ses partisans le plus connu, j’ai nommé Gardner Gerald.

Dans tous les cas, ce dernier a participé à la (re)naissance et à la popularité du mouvement et son influence dans le milieu ésotérique du milieu du XXe siècle a été grande.

Principes de la Wicca :

La Wicca est un mélange harmonieux de pratiques populaires tel que le druidisme, le « chamanisme » (ce terme est à redéfinir car dans son appellation la plus stricte il ne désigne que la pratique des shamans Tongouses) et on peut y trouver une raisonnance avec diverses mythologies Européennes avec lesquelles elle aurait été contemporaine.

Un(e) Wiccain(e) est par définition une personne connectée à la Nature, la plupart de ses pratiques spirituelles et/ou magiques est synchronisé avec le cycle de cette dernière. La Lune, Les saisons tiennent un rôle important dans la vie des Wiccains.

De plus, leur nature est pacifiste car elle est édictée par le principe : « Fais ce que tu veux tant que tu ne fais de mal à personne » et la règle du triple retour : « Le bien ou le mal que tu fais te seront rendus trois fois ».

Admettons ici en aparté militant que cela vaut mieux que la loi du Talion et son « œil pour œil, dent pour dent » > :)>

 

Comment deviens t’on Wiccain ?

Tout comme de nombreux courants ésotériques et religieux, il suffit de le vouloir (même si des rites d’initiation sont pratiqués par certains mouvements), et en fonction de sa nature soit créer ou rejoindre un groupe que l’on appelle « coven », hiérarchisé et possédant une approche culturelle commune, soit comme peut aussi nous inviter la lecture d’auteur comme S. Cunningham devenir un praticien solitaire pour une durée indéterminée.

 

La vie d’un Wiccain :

Sans rentrer dans l’excès de bienfaisance, les journées d’un adepte de la Wicca sont faites par une observation consciente de son quotidien, car en toute chose il « voit » l’expression de la grandeur du Dieu Cornu ou de la Déesse Sombre (deux sobriquets que l’on peut leur donner, à l’heure d’aujourd’hui moi je les appelle Enkil et Akasha), et l’entretien d’un lien ou d’un pont de communication avec chaque chose.

A des phases lunaires spécifiques (nouvelle lune, premier quartier, pleine lune, dernier quartier), le Wiccain peut pratiquer ses rituels magiques si tel est sa compétence, ou honorer simplement ses divinités en leur faisant des offrandes (un poème sincère écrit en 5mn peut suffire).

Avant tout il faut noter qu’être Wiccain est plus question d’hygiène de vie que de techniques et connaissances ésotériques : certes il est possible d’aller très loin dans ces dernières, mais pas tout le monde ne joue aux sœurs Halliwell (excusez la référence mais c’est souvent un argument utilisé contre la Wicca)

De plus, un Wiccain (tout comme les adeptes d’autres courants ésotériques notamment les adhérents du druidisme) respecte 8 dates dans l’année : Yule (solstice d’hiver), Imbolc (1ier Février), Ostara (équinoxe de Printemps), Beltaine (dans la nuit du 30 Avril au 1ier Mai), Litha (solstice d’été), Lammas (1ier Août), Mabon (equinoxe d’automne) et Samhain (dans la nuit du 31 Octobre au 1ier Novembre)

 

Pour résumer la Philosophie de la Wicca :

 

Associée au courant New Age, la Wicca fait partie de ses religions « naturelles » (comme le druidisme d’aujourd’hui) qui orientent son questionnement sur une harmonie entre les éléments : corps et esprit, intérieur et extérieur, etc….

Devenir Wiccain n’est pas une remise en question des grandes notions véhiculées par des religions plus traditionnelles, il s’agit simplement d’une ouverture sur des pistes de questionnements intérieurs qui s’appuient sur la coexistence de deux principe fondateur mâle et femelle, lumière et ombre et qui les unit par des principes de complémentarité et de dépendance, loin des religions phalliques ou matriarcales qui ne privilégient qu’un aspect de la complexité de la réalité.

Bien qu’ancrée profondément à la Terre, une ouverture cosmique est possible et le champ de vision d’un(e) Wiccain(e) motivé balaye un spectre très large.

De plus la possibilité de réhabiliter des divinités archaïques et abandonnées telle que les divinité Mésopotamiennes, Egyptiennes, Grecques, Celtes, Indiennes, Amérindiennes, etc…  fait remonter à la surface de la conscience collective des valeurs fondamentales bien trop souvent négligées.

Je vous invite à aller voir le site de Salvaquaria pour avoir une autre définition du même terme.

Et bien sur l’éternel Wikipedia sur la définition de la Wicca ici.

Pour finir je vous mets un p’tit lien Youtube qui fait du bien aux oreilles : We All Come From The Goddess

Enjoy > :)>

Peace, Love and Fu*k

 

 

 

 

E-commerce, E-commerce, vous avez dit E-commerce?

Les étapes de succès d'un e-commerce

Ars Magicka, un e-commerce , vous vous dites : un de plus ! Et dans l’absolu vous auriez raison, mais avez-vous remarquez la subtilité qui différencie les boutiques (physique ou en ligne) ?

En effet tout le monde y va de son design, ses choix de produits, sa ligne commerciale et j’en passe, en un mot une échoppe est une création artistique personnelle dont le but est la vente.

Oui mais voilà, internet et les CMS (Content Management System) ont permis au quidam lambda de s’improviser responsable de boutique ce qui a eu pour conséquence la floraison d’une multitude de points de vente virtuels qui ne se différencient pas forcément les uns des autres, dont les tarifs ne sont pas forcément intéressants et dont les services ne sont pas à la hauteur de ce qui est affiché sur leurs pages. Rassurez-vous ces cas sont rares, sinon les sites se trouvent à la cave dans le référencement naturel (ce qui est en date du 24 Mai 2017 le cas de votre site bien aimé Ars Magicka qi se retrouve en concurrence avec un fameux jeu de rôle prenant place au XIIe siècle). Bien sûr des poids lourds s’imposent et proposent à leurs clients tout ce que l’on peut imaginer acheter à l’heure actuelle (je pense notamment à Amazon qui vend aussi bien des livres de philosophie que des préservatifs > :)>)

Il ne reste aux autres pour exister et survivre que leur approche marketing : faisons simple, identifier le besoin, définir la cible, communiquer. Il y a dans ces méthodes une certaine malfaisance car l’on agit en fonction de ce que l’on imagine être une valeur monétisable, et l’on adapte la personnalité de sa boutique à la cible que l’on compte « vampiriser ».

Cependant il existe quelques irréductibles ayant une hygiène et la fibre commerciale qui proposent des projets valables et uniques (plus dans leur apparence que dans leur méthode, plus dans le choix des produits que dans leur politique tarifaire) et qui sont pléthores sur la toile et surtout dans le domaine de l’ésotérisme.

Je ne vais pas faire un listing de la « concurrence » car pour la majorité d’entre vous, vous connaissez d’autres boutiques en ligne qui proposent la même gamme de produit que la mienne, qui sont peut-être moins cher (et oui nous n’avons pas les mêmes contraintes) et dont la philosophie est en cohérence avec la vôtre mais sur le point où j’essaie honnêtement de me démarquer c’est-à-dire ma politique de contenu, je pense être un pionner. En effet, l’air du temps favorise la communication axée uniquement sur les produits, on ne parle que d’eux, on ne montre qu’eux, en un mot on les divinise. C’est un choix fallacieux qui révèle le manque de confiance du vendeur par rapport à son offre : en effet le but est que vous consommiez beaucoup en un temps minimum pour assurer la disponibilité du site, en gros leur politique se résume par : achètes et casses toi !

Finies les longues explorations entre les « rayons », les hésitations, tout est basé sur l’achat compulsif et croyez-moi je sais de quoi je parle > :)>. Cette politique ne me satisfait pas, je n’ai pas monté un site à tendance e-commerce pour ne faire que marcher le tiroir-caisse, le commerce a toujours été un motif d’échange et de partage, une raison valable et suffisante pour entrer en contact et ainsi s’enrichir (financièrement bien sûr, mais aussi personnellement) d’autrui et je suppose qu’il a été la première motivation à l’apprentissage des langues étrangères.

A l’échelle où je projette mon succès, j’aurais toujours le temps pour satisfaire la curiosité des internautes (à moins que je devienne le C-Discount de l’univers occulte > :)>), je passerai toujours le temps nécessaire ne serait-ce que pour vendre La Bougie dont vous avez besoin, car je travaille pour la Magie, et permettre à la vôtre d’être efficace et optimale permettra à la mienne les mêmes choses, donnant-donnant.

Pour moi, la vente n’est qu’une façon de subventionner mes recherches dans les Arts Parallèles et de partager avec vous gratuitement le fruit de ce travail : on peut vendre de l’amazonite, mais comment vendre une théorie, une connaissance, ou une intuition ? Quand je trouverai peut être que je le ferai (car oui comme tout le monde j’ai un fond matérialiste > :(>).

Pour l’instant, pour être totalement franc avec vous, je n’ai ni les moyens, ni les contacts pour faire du commerce 100% équitable : l’origine de mes produits n’est pas soumise à un contrôle drastique et il se pourrait qu’un enfant ou deux aient travaillé pour une misère dans le but de satisfaire nos besoins et nos envies, pensez-y lorsque vous utilisez mes produits, un sentiment de gratitude vis-à-vis de tous les maillons de la chaîne vous évitera des chocs retours.

Selon l’ampleur que prendra le site Ars Magicka, je serai de plus en plus sélectif, et je rentrerai dans une politique drastique en ce qui concerne l’origine des articles que je proposerais à la vente, par respect pour eux, vous, moi, en un mot Nous.

J’ai de plus parlé hier à la responsable de la boutique ésotérique et de bien-être « Sciences Parallèles » et ses conseils avisés m’ont permis d’entrevoir des solutions que je n’avaient pas imaginées lorsque j’ai pensé au projet Ars Magicka, une conversation courte mais de qualité qui m’a laissé entrevoir d’autres aspects de la réalité de l’entreprise, mais à terme j’essaierai de mettre à la vente des articles rares, pourquoi pas unique qui nous valoriseront et qui rendront vos pratiques encore plus exceptionnelles.

Une dernière chose encore mauvaise pour les affaires : dans la mesure du possible, n’utilisez dans vos pratiques que des objets que vous avez fabriqués ou trouvés et achetez l’essentiel : préparez bien vos rituels, écrivez les, justifiez chaque élément et lorsque le travail de préparation est fini procurez-vous les derniers éléments dont vous avez besoin, trop est l’ennemi de assez.

N’hésitez pas à me demander un article que vous ne trouvez pas sur Ars Magicka, avec un peu de chance il y a peut-être une possibilité que j’arrive à vous le fournir > :)>

Voilà exposé en quelques mots la généralité de ma vision du e-commerce, dans cette rubrique je vous donnerez mes petits trucs pour passer à l’action et devenir si vous êtes motivé le responsable d’une boutique en ligne. Nous parlerons développement, design et marketing de temps en temps et je vous ferai un point régulier sur les étapes à franchir pour se lancer dans la marre aux requins (attention sans toutefois une garantie de succès, car comme dans toute entreprise on peut se promettre de donner le maximum, mais l’on ne peut promettre de réussir de façon certaine).

Sur ces mots douteux

Peace, Love and Fu*k

Esotérisme et Famille

Cet article va être un des plus courts car de ce côté-là, et je sais que j’ai de la chance, je n’ai jamais rencontré de problèmes graves.

Issu d’une famille modeste et solidaire, il y a au sein de celle-ci deux attitudes qui cohabitent : mon Père et mon Frère qui ne se posent aucune question d’ordre spirituel, et ma Mère et moi qui avons tous deux une fois certaine, mais la seule chose qui nous unit c’est notre croyance à un être supérieur même si nous le concevons différemment.

Jamais ma famille n’a été choquée ou peinée par ma philosophie et mes pratiques et ce pour deux raisons :

  • La première c’est que la politique de mes parents est : fais ce que tu veux, fais ce que tu peux mais fais le bien, à fond si possible.
  • La seconde c’est que je suis un pacifiste qui respecte chaque vie, donc dans mes pratiques il n’y a jamais rien eu de choquant ou de déplacé (quoiqu’au niveau sexuel ça se discute, mais sur ce sujet cela reste entre moi et mes Amies)

Donc, mes parents n’ont jamais vu d’un mauvais œil le fait que dans mes loisirs je pratique les arts et les sciences occultes, parfois cela faisait même sourire ma Mère, qui est pourtant de souche Chrétienne.

Je pense que cela a été un bon terreau pour ma croissance, mais par contre il n’a pas été rose tous les jours.

En effet, comme je vous l’ai dit ma pratique chaotique m’a conduit à ressentir une grande dose d’énergie que parfois je n’ai su intelligemment et sereinement contenir, ce qui m’a conduit en institut.

Pendant ces périodes, plus difficiles pour ma famille que pour moi, j’ai eu des propos très dur envers eux, j’ai dit des choses méchantes (avec science tout de même) et blessantes (par inconscience) et ils n’ont jamais rompu le lien qui nous unissait, à mes yeux cela vaut à l’heure actuelle plus que toute chose, car en agissant dans la vérité les liens maltraités se sont trouvés renforcés et optimisés.

Certes il y a eu des périodes de silence, de colère et de rancœur réciproque dont la cause était évidemment ma méthode de travail ésotérique (que j’ai améliorée depuis) et à aucun moment mes parents n’ont mené une guerre contre cet aspect de ma personnalité : d’ailleurs lorsque je leur ai parlé de mon projet de créer Ars Magicka ils ont été bienveillants et intéressés par la démarche, qui pour une fois ne leur semblait pas si utopiste que cela.

Je pense que si mes parents n’avaient pas été si tolérants je serais dans une situation précaire et problématique à l’heure actuelle.

Si vous avez déjà lu mon article « Esotérisme et Psychiatrie » vous comprendrez que ce soutien indéfectible m’a permis d’affronter mes épreuves avec confiance et détermination car j’avais des proches à protéger des conséquences de mes exubérances.

Cependant, cette bonne relation est due aussi à mon attitude globale : j’agis sous la lumière, je mens le moins possible et quand j’ai une théorie ou une intuition je la partage avec les personnes qui me sont cher.  Cela induit qu’ils savent à chaque instant comment et où me trouver (pas physiquement parlant bien sur car je suis assez indépendant) ce qui permet d’avoir aussi un contrôle lorsque mes résultats dépassent allègrement le niveau de mes espérances.

Je ne dis pas que la manière dont on gère la situation ma famille et moi est applicable à toutes les familles mais si vous rencontrez des problèmes de communication avec l’un de vos proches à cause de vos pratiques, prenez le temps de l’aimer, le comprendre, lui pardonner et l’excuser de son négativisme, écoutez les raisons de son appréhension et en utilisant vos idées dans son vocabulaire essayez de lui faire comprendre que vos pratiques et croyances ne remettent pas en question tout l’amour que vous lui portez, faites le(la) rire de vous en jouant sur l’impossibilité de la preuve mais surtout ne vous censurez pas systématiquement, l’univers de notre science à besoin d’une bonne stratégie de communication et cela commence par de bonne relation sincère avec les personnes qui nous sont proches, ils restent je vous l’assure les meilleurs portes parole de notre cause.

Par hasard de mes lectures j’ai découvert une méthode de rapprochement qui s’appelle « Constellation Familiale »

J’avais envisagé de participer à ce genre de thérapie pour aider ma Mère à résoudre une cause de son mal-être mais j’ai opté pour une autre solution, cependant la méthode semble efficace et peut permettre de libérer une grande quantité d’énergie négative dans le calme et le respect (encore faut-il trouver un bon praticien et convaincre vos proches d’y participer) et en plus cela peut être fun > :)>

Voilà en peu de mot ce que je peux écrire pour l’instant sur ce sujet, mais en fonction de vos réactions je pourrais développer et peut être faire un article plus complet sur les constellations familiales, tiens ça m’a redonné envie d’en faire une > :)>

Peace, Love and Fu*k

 

 

 

 

 

Dieuex, enfin presque…

Un des nombreux visage de Dieuex

 

Ah ! Quel drôle de mot, source de guerre et de paix, de maux et de guérison, de grandes questions et de petites réponses, de plaisir pur et de souffrance saine même lorsque l’on écrit avec une faute car il/elle est aussi là pour les analphabètes.

Je ne vais pas encore retracer l’histoire du rapport entre Dieuex et l’humanité, elle est complexe et mensongère mais je serai plutôt de l’école de Plotin.

Non je vais parler de ma façon de concevoir ce concept et de ce que cela génère comme plénitude et doute chez moi car je vous le répète : chacun(e) voit Dieuex à sa façon, et même chacun(e) l’appelle comme il/elle le souhaite : Allah ici, moi pour moi, Wanca Tanka, Seven, Gaïa, mélodica, skunk etc…. Dieuex est la seule notion qui a comme prénom tous les mots possibles de nos dictionnaires, et tous les sons possibles des règnes animal, végétal, minéral et énergétique.

Rien qu’en disant cela je vous ai tout dit mais développons en faisant une image qui explique en partie l’indifférence de Dieuex à l’égard de la situation « catastrophique » de la Terre aujourd’hui.

Je suis composé d’éléments insécable que nous appellerons faussement atome (car il existe encore plus petit que ce dernier) et qui dans une forme de société hiérarchisée et complexe constitue l’homme que je suis et qu’on appellera Geoffroy D’Aillaud de Caseneuve. Pris dans leur multitude ces atomes sont visibles et identifiables, mais pris dans leur individualité ils nous sont, même si nous vivons avec eux depuis notre naissance et jusqu’à notre lente et réconfortante décomposition, totalement inconnus et anonymes.

Supposons maintenant que cet infime partie de nous soit consciente (des théories sur la mémoire électronique (une petite source qui en parle ici ) ont été élaborées, et pour moi la mémoire est les prémices de la conscience de soi) et que du haut de sa conscience il comprend appartenir à un groupe sans avoir une idée du tout c’est-à-dire de Geoffroy.

Pour peu que cet atome s’interroge (sur son avenir, le sens de son existence, sa relation avec ses voisins, etc….) il peut imaginer un être supérieur dont il serait une créature et auquel il serait lié, en un mot il peut concevoir le concept de Dieuex.

Or en toute logique le Dieuex le plus proche de notre atome doué de raison, c’est Geoffroy, pourquoi ? Quand Geoffroy souffre tous ses atomes souffrent, quand un atome rie alors Geoffroy rie, tout ce qui arrive à l’un se répercute sur l’autre, Geoffroy n’est pas seulement un ensemble d’atome, il est aussi une relation avec chacun d’entre eux. Et chose surprenante il existe plusieurs races d’atome et ces atomes forment plusieurs structures différenciées qui donne l’homogénéité et la faculté de vivre et de rêver à Geoffroy offrant ces mêmes possibilités à l’ensemble de son peuple atomique.

Voilà en quelques mots comment je conçois Dieuex : ensemble de tous les éléments constituant un super-organisme qui n’a pas forcément conscience de tous ses constituants mais dont les existences sont intimement et mortellement liées entre elles.

Ainsi au plus on prend conscience des choses qui nous entourent, au plus on agrandit l’image que l’on se fait de Dieuex.

Oubliez donc ce qui est écrit dans les religions du Livre : ces religions ne sont que des règles et des lois humaines, qui définissent un cadre dépassé à la vie en société et qui favorisent une certaine partie de la population en vue d’exploiter de façon injuste les ressources de pays culturellement différent mais dont la richesse matérielle est certaine.

Je ne maudis pas les religions traditionnalistes, je dis simplement que la « personne » de Dieuex est absente de leurs pages, j’ai retenu trois choses des monothéismes majeurs :

  • De la Bible, Dieuex est Amour
  • Du Saint Coran, Dieuex est Grand
  • De la Torah, Dieuex est Mystère

Le reste pour mon œil novice n’est qu’un livre au titre racoleur : l’esclavagisme pour les nuls > :)>

Cependant, lire ces textes est sain et épanouissant lorsque l’on les prend pour ce qu’ils sont, du prêt à prier pour les fainéants.

Bon je parle de Dieuex et tout et tout mais les athées n’en ont peut-être pas grand-chose à faire.

Comme j’en parlerai plus tard, une moitié de ma famille proche est profondément athée : ils n’en n’ont rien à foutre de Dieuex.

Cependant j’ai noté une ressemblance fondamentale entre eux et moi, la conviction de réaliser nos objectifs personnels, seulement eux se projettent à l’échelle de la matière et je me projette à l’échelle de Dieuex.

Je m’explique, ce que projettent les athées en leur for intérieur, à mon humble avis, est leur moi idéal soumis aux contraintes drastiques de leur imagination, un moi limité mais accessible, et ils avancent au gré de leurs réussites et de leurs échec petit à petit sur le chemin qui conduit au bonheur dont ils rêvent, en deux mots ils s’imaginent eux même dans la matière de leur quotidien.

Par contre un croyant, empli de mots Lovecraftiens comme : inconcevable, inimaginable, tout puissant, et j’en passe des absolus dont la définition exacte est impossible à trouver, projette sur la face de Dieuex les limites de sa propre imagination : il s’agit comme pour les athées d’une projection de son moi idéal mais elle est impersonnelle et soumise à des contraintes différentes. Ainsi on ne parle pas de Dieuex, mais de Dieuex tel qu’il serait si on était grand, tout puissant, inconcevable, etc….

Tout cela explique en partie les tensions générées par les croyants de tout bord qui joue à « mon papa il est plus fort que le tien » papa étant bien sûr la vision fantasmagorique de leurs propres illusions.

Dieuex est tout et rien, il n’a aucune volonté mis à part celle de continuer à exister dans un état de bonheur optimal, quitte à faire la sourde oreille lorsqu’il a une carie > :)>

Parler de Dieuex, en faire des livres et des thèses ne sert à rien, cela a rendu fou un des poètes les plus talentueux du XIXe siècle, j’ai nommé Mr Friedrich Nietzsche, c’est la dernière fois que j’essaie d’expliquer ce que j’en pense, j’en parlerai le moins possible car toute relation avec Dieuex est unique et même les haschichins ont une vision juste pour eux de Dieux, dommage qu’elle conduise au crime et à l’annihilation d’une vie mais bon : il faut de tout pour faire un multivers > :)>

Pour ceux qui sont arrivés ici une petite maxime sans trop de rapport mais que j’aime bien :

J’ai fait le chemin de l’homme à Dieuex, de Dieuex à l’atome et de l’atome à l’homme

Peace, Love and Fu*k

PS : Même Dieuex prie un(e) Dieuex

 

 

 

 

 

Un p’tit cachet m’sieur, ‘dame?

Quelle définition pour la folie?

 

Hail tout le monde,

 

Je fais suite à l’article publié par Isabelle Tixier sur le site Alliance Magique intitulé : Esotérisme vs Obscurantisme , à lire ici pour celles et ceux que ça intéresse.

Je résume en deux mots, la censure volontaire ou involontaire que l’on s’inflige lorsque nous sommes versés dans les arts et les sciences « parallèles » (doux euphémisme qui englobe l’ensemble des croyances, religions et pratiques) est-elle une obligation

Je me suis senti concerné par le titre plus que par l’article car je vous l’avoue j’ai subi de nombreux internement en raison de ma philosophie qui s’ancre résolument dans l’occultisme.

Mes théories et mes pratiques sont qualifiés de délires et engendrent la prescription de neuroleptiques puissants pour « soigner » ma « schizophrénie ». Je mets ces termes entre guillemets car par soin il s’agit bien sûr d’une camisole chimique, et en guise de schizophrénie il s’agit d’épisodes maniaques qui ont pour thème l’ésotérisme.

Certes je l’admets j’ai un problème psychique léger décrit par Eliphas Levi dans un de ses livres, et les docteurs qui me suivent refusent catégoriquement de donner du crédit à ce que je leur dit poliment au début, et ce que j’affirme lorsque ma patience est à bout.

Le système psychiatrique Français (enfin celui que j’ai fréquenté et je sais que des cas bien pire que le mien se produisent partout dans le monde) est un système qui a pour but le maintien de l’ordre social quels que soient les moyens à utiliser et ce en dépit de toutes les lois.

Il existe une charte des patients Française, que toutes les institutions psychiatriques doivent respecter, malheureusement à l’heure actuelle ce respect est optionnel voire proscrit.

Il est écrit dans cette charte :

« Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment. » Article L.1111-4 du code de la santé publique


« La personne hospitalisée est traitée avec égards. Ses croyances sont respectées. Son intimité doit être préservée ainsi que sa tranquillité. »

Rien que ces deux lois en apparence permettent à une personne dans mon cas de ne pas systématiquement être interné et traité pour des raisons arbitraires.

Cependant, ce qui a l’air coutumier dans les instituts sont le chantage, la répression et le mépris.

Tous les psychiatres que j’ai rencontrés sont de purs matérialistes (dans le sens commun et philosophique du terme) et pour eux la conviction « religieuse » (j’utilise ce terme car une bonne partie des sciences dites occultes s’appuient sur le sentiment de foi) est une maladie psychique.

La raison sous-jacente à cette confusion ? J’y viens

J’habitais dans un petit village d’Auvergne et mes convictions n’étaient inconnues de personne, pour avoir posé une rose sur un banc j’ai été interné 1 mois (véridique), mon psychiatre une autre fois m’a dit que j’avais fait peur aux villageois car j’avais déposé 5 bougies votives à des endroits symboliques.

C’est ici que je rejoints l’article écrit par Mme Tixier : les superstitions populaires ainsi que les préjugés sur les personnes qui pratiquent à cœur ouvert sont problématiques, ils engendrent l’exclusion, l’intolérance et dans mon cas (mais soyons sincère certaines fois une intervention était nécessaire car ma « maladie » me fait crier, je suis un goête > :)> ) la répression sévère mis en rapport avec les actes commis.

De là, une extension peut se faire : en considérant la pratique et l’étude de l’ésotérisme comme une marginalité, je ne peux que supposer les expériences douloureuses de tous les porteurs de marginalité quelle que soit l’expression de celle-ci.

Cependant, ayant une nature ouverte au débat, le dialogue entre les institutions est possible, mais il faut faire une chose essentielle contraire à toute démarche sérieuse : prouver et justifier, rationnaliser à l’extrême et ainsi expliquer l’ésotérisme comme quelqu’un qui n’y croit résolument pas, imaginez le schisme mental…Et surtout les psychiatres refusent d’admettre deux choses :

  • Leur pseudo-science est aussi une croyance, aucun psychiatre ne peut prouver ce que médicalement il affirme et de ce fait ils ne conçoivent pas que tout comme moi on ne croit pas (car on l’apprend par l’expérience) à l’efficacité de leurs méthodes.
  • La psychiatrie et sa pharmacopée doivent la majorité de leurs moyens aux occultistes : qui a étudié l’homme en profondeur, quels sont les premiers scientifiques à avoir conçu la base de tous les remèdes ? En un mot la psychiatrie est atteinte du syndrome de Zeus qui a « tué » son père pour prendre sa place.

De plus lorsque l’on les mets à défaut ils ressortent des maladies inconnues qui décrédibilisent la parole que l’on porte : pour moi on m’a diagnostiqué avec tout le sérieux du monde une « folie raisonnante », dur d’échanger dans ce cas-là (si ce que je raconte vous intéresse cherchez sur internet la définition et jugez par vous-même).

Dans ce contexte l’on s’aperçoit que la psychiatrie a remplacé la religion en ce qui concerne la persécution des sorciers et sorcières de tous bords, et l’argument qui pourrait crédibiliser notre passion est : si cela n’existe pas, pourquoi fais-tu tout ce qui est en ton pouvoir pour m’empêcher d’y croire et de pratiquer ?

Au-delà de sortir de ma situation compliquée, je lance le débat qui pourra permettre d’ouvrir une cage ou deux car un bon Witcher est un Witcher libre.

A suivre…

Peace, Love and fu*k

 

 

 

  

Is it Real or isn’t Real : la Réalité remise en question

Je vois un 6 tu vois un 9

Depuis peu, la notion de Réalité est devenue pour moi un concept.

En effet à quelle mesure peut-on partager ce que l’on conçoit comme la réel et tout ce que cela implique. Par extension j’engloberai dans la réflexion qui suit l’ « objectivité » terme auquel je n’accorde plus de crédit non plus, mais il s’agit d’un avis subjectif que je vous demanderai d’analyser avant intégration.

Certains philosophes ont soumis l’idée que l’existence de la réalité est l’ensemble des choses que nous percevons et qu’en dehors de notre perception ces choses n’existent pas, pour faire simple elles ne sont « réelles » que parce que nous les voyons.

Mais même à ce niveau la réalité peut prendre plusieurs sens : admettons que nous posions un ordinateur sur une table et que nous soyons accompagnés par un(e) ami(e), plusieurs cas de figure se présentent :

  • Soit l’on admet une seule conception de l’ordinateur et de la table qu’importe les observateurs, il y a donc une mise en commun des perceptions et un consensus sur la manière de partager l’expérience : ceci est le point de vue réaliste primitif
  • Soit dans un autre cas on admet deux conceptions de cette table et de cet ordinateur, une par observateur et dans ce cas on se place comme un idéaliste transcendantal
  • Ou on définit 4 conceptions, incluant le point de vue de la table et de l’ordinateur et là on est un réaliste transcendantal.

(Pour une explication plus complète sur ces points, cf Philosophie de la liberté de Rudolf Steiner page 111 disponible ici 🙂

Pour une définition du réalisme en philosophie cliquez ici

Pour une définition de l’idéalisme en philosophie cliquez ici

Donc nous voyons bien qu’en fonction de notre sensibilité philosophique la définition d’une situation aussi banale peut être multiple, alors lorsqu’il s’agit de partager nos conceptions sur l’ensemble des champs qu’impliquent la notion de Réalité, la question est épineuse.

De ce principe il est impossible d’accorder raisonnablement un réaliste primitif et un réaliste transcendantal, car comment faire croire à un généraliste la spécificité de chaque élément de notre environnement, et pourtant l’une n’est pas plus juste que l’autre, il s’agit simplement de deux points de vue qui peuvent intelligemment se justifier et avec une gymnastique mentale soutenue s’harmoniser.

Cependant, et là est le nœud gordien de mon propos, peut-on décemment imposer sa conception à autrui ? Souvent on le fait en se prétendant objectif, quelle absurdité !

En effet l’objectivité se définit comme un jugement sans prise de position personnelle, mais un jugement est fondamentalement personnel, même le jugement mathématique ce qui explique que certains parviennent à l’excellence dans ce domaine et que d’autre non, il s’agit d’une sensibilité, d’une modélisation issue de nos capacités innées et acquises et de nos expériences, pensez à Archimède et à son fameux : tout corps plongé dans l’eau ressort mouillé > :)>

Enfin bref, la réalité est une conception qui ne peut être que personnelle et subjective, elle dépend fondamentalement du rapport que nous établissons au quotidien avec notre environnement proche et lointain….vous me voyez venir ? Et la réalité de Dieuex dans tout ça ?

Dieuex, tout comme l’atome, beaucoup de monde en parle mais personne ne l’a jamais vu(e), est-il réel ? Moi je dirai oui peut être, je m’explique : ce qui est important ce n’est pas l’existence ou la non existence, ce qui est crucial c’est l’effet du concept (Dieuex en l’occurrence) sur la matière : combien d’œuvre au nom de Dieuex ? Quel est le montant des cotisations faites pour sa cause ? Combien de pratiquant(e)s se vouent à ses Saints et à ses prophètes ?

Si on en faisait le compte, le poids de Dieuex dans nos sociétés humaines seraient considérables et constatez que tous ceux qui contrôlent d’une manière ou d’une autre nos existences sont de purs matérialistes qui crachent sur cette réalité, réalité qui je le répète n’est pas en supposition incarné dans la matière, mais dans l’effet produit par ce concept dans l’humanité.

De plus le monothéisme n’implique pas l’unicité de définition de Dieuex, lorsque deux personnes de même religion parlent de cet idéal ils ne sont pas à 100% d’accord, alors imaginez deux personnes de religion différente en incluant toutes les formes de croyance, le mot Dieuex est un mot valise qui contient l’ensemble de tous les multivers possible, donc parler réellement de cet être est impossible cependant il induit notre réalité paradoxal non ?

Il est important de noter ici que ne pas croire en Dieuex est aussi une croyance qui donne lieu à la génèse de “religion”.

Bon assez parlé de Dieuex, j’en ferai un article plus approfondi prochainement (et oui je commence mon blog par les sujets qui fâchent espérant qu’ils passeront inaperçus, quel courage….) mais sachez que je suis un Monothéiste Polythéiste, en plus franc un Monogame Polygame > :)>

Partant de là on peut donc inclure beaucoup d’éléments qui bien que pas matériel n’en sont pas moins « réels » et je vais particulièrement parler des pratiques et des théories de l’ésotérisme.

Il est tout simplement impossible d’affirmer l’existence des dragons, des anges, de l’effet d’un rituel et j’en passe, cependant pour les personnes qui font l’effort de croire et d’imaginer leur « réalité » on note une nette amélioration ou dégradation de leur condition de vie.

Avant d’aller plus loin je tiens à clarifier ma position : pour moi la pratique des arts clairs et obscurs est une méthode de développement personnel, vu qu’une partie de mes questionnement ne trouve pas écho chez mes contemporains et mes proches, j’adore imaginer que les réponses que j’obtiens viennent de ma dragonne compagnonne Seven, ou de Lucifer Himself, et croyez-le ou non j’arrive à nourrir un questionnement positif sans fin qui m’ouvre considérablement mon champ de « visions » et qui me dote d’une certaine énergie particulière que j’ai du mal parfois à contrôler (j’aborderai le problème dans mon article suivant : Esotérisme et Psychiatrie).

Donc la valeur de ce que l’on conçoit comme réalité dépend des effets de cette conception sur nous, et il est étrange de voir à quel point, pour nous hommes et femmes de foi, les croquant(e)s comme les appellerait mon ami Georges Brassens, se sentent attirés vers nous pour nous expliquer de manière infantile de l’infantilisme de notre attitude et au passage nous déposer les seaux de leurs larmes et les poids de leurs griefs.

A dire vrai, je ne sais pas si il s’agit d’auto-persuasion ou de contact assumé entre moi et les entités qui m’entourent, mais croyant fondamentalement aux égrégores je ne peux m’empêcher de penser que tout ce qui est imaginé existe bel et bien quelque part, ici sur Terre ou dans un autre plan, les deux peut être….

Pour conclure en quelques mots, l’objectivité n’existe pas, la Réalité n’existe pas, seule est possible l’interprétation personnelle de notre environnement et il doit être du devoir civique de tout un chacun de tolérer les conceptions d’autrui sans violence dans le respect mutuel des individus qui autours d’une bière ou d’un joint (à ne pas consommer > :)>) discutent avec plaisir des conséquences et implications inextricables des décisions personnelles de chacun.

A suivre……

Peace, love and fu*k